Comment doit réagir l’employeur face à un salarié refusant de travailler avec un collègue ?

8 Août 2019

ll arrive fréquemment, au sein d’une entreprise, que des collègues ne s’entendent pas. Cela ne constitue bien évidemment pas un motif de licenciement.

Toutefois, que se passe-t-il si un salarié refuse de travailler avec un collègue ? L’employeur est-il en droit de le licencier ?

Eléments de réponse ci-dessous

Un licenciement non disciplinaire possible en cas de mésentente entre salariés

Ainsi qu’il a été expliqué ci-dessus, il n’est pas possible de licencier un salarié qui ne s’entend pas avec l’un de ses collègues. Toutefois, si le salarié a un comportement qui nuit au bon fonctionnement de l’entreprise l’employeur peut envisager de le licencier pour un motif non disciplinaire.

En effet, la mésentente entre collègues de travail, constitue, en principe, un motif non disciplinaire de licenciement devant être établi par l’employeur par des faits objectifs imputables à l’intéressé (Cass. Soc. 22 septembre 2010, n°09-40.415).

En effet, si le salarié, s’obstine à maintenir une mésentente (injures, etc) qui nuit au bon fonctionnement de l’entreprise, son comportement peut être sanctionné sur le terrain non disciplinaire.

L’employeur peut-il aller plus loin et licencier le salarié en se basant sur le terrain disciplinaire ? Cela est possible ainsi qu’il va être vu ci-dessous :

Un licenciement disciplinaire pour faute grave possible en cas de refus de travailler avec un salarié

Aux termes d’un arrêt du 6 mars 2019, la chambre sociale de la Cour de cassation a admis que le refus de travailler avec un collègue pouvait justifier un licenciement pour faute grave.

En l’espèce, deux médecins travaillant pour une clinique privée éprouvaient des difficultés à travailler ensemble. L’un des médecins ne souhaitait pas poursuivre sa collaboration avec l’autre médecin. Lors d’une réunion de tentative de conciliation, ce médecin avait violemment critiqué l’autre médecin et portait sur lui des accusations infondées.

Face à la mésentente importante entre ces deux médecins, l’employeur a décidé de licencier pour faute grave le médecin ne souhaitant plus travailler avec son collègue. Le médecin licencié invoquait le fait que ses compétences professionnelles n’étaient pas en cause et que le refus de travailler avec son collègue s’inscrivait dans un contexte de sous-effectif.

Les juges du fond ont donné raison à l’employeur et ont validé le licenciement pour faute en se basant sur le fait que le refus de travailler avec un collègue et de s’en prendre violemment à lui rendait impossible le maintien du salarié dans l’entreprise.

En tout état de cause, en cas de mésentente entre deux salariés, l’employeur doit prendre les devants et intervenir afin de trouver une solution. A défaut, la responsabilité de l’entreprise pourrait être engagée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos dernières actualités

Comment traiter un arrêt de travail dans le cadre de la Covid-19 ?

Comment traiter un arrêt de travail dans le cadre de la Covid-19 ?

Le régime des arrêts de travail dérogatoires dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19 a été prolongé à l’identique jusqu’au 30 septembre 2021 en raison de la persistance des mesures de restrictions sanitaires.L’application du dispositif d’arrêt de travail...

Abonnez-vous à notre newsletter !

Ne manquez rien de notre actualité ! Restez informé directement via votre adresse mail !

En vous abonnant à notre Newsletter, vous prenez connaissance et acceptez notre Politique de confidentialité.

Vous vous êtes abonné avec succès !